Interpréter les données Google Search Console

  • Posted by: Nirina
  • Date:

Google Search Console renseigne sur la performance globale d’un site internet. Les informations s’affichent sous forme de graphes et de tableaux, ce qui reste difficile à élucider notamment pour une première utilisation. Dans cet article, nous vous montrons comment interpréter ces résultats chiffrés.

Comment se présente Google Search Console ?

Ça y est, vous êtes sur l’interface Google Search Console ? Sachez tout d’abord que l’objectif de cet outil est de vous permettre de voir comment les robots Google indexent vos pages. Après vous être identifié, vous devriez tomber sur une sorte de tableau de bord.

Google Search Console vous offre une vue d’ensemble sur trois grands points à savoir la performance de votre site internet, la couverture ainsi que les améliorations à faire. Pour accéder aux informations détaillées, vous pourrez soit cliquer sur la mention « Ouvrir le rapport » en haut  à droite de chaque bloc soit cliquer sur les onglets correspondants dans le menu à gauche.

La section performance

La première étape sera de sélectionner le type de recherche qui vous intéresse. À défaut de filtre, l’outil affichera la mention « web » par défaut. Vous aurez ensuite à configurer la période d’analyse dans l’onglet « Date ». Cette dernière est personnalisable et admet un diagnostic sur les 16 derniers mois.

 

Interpréter les indicateurs de performance

Le premier carré à gauche renseigne sur le nombre total de clics effectués sur l’intégralité du site. Nous avons ensuite le nombre total d’impressions qui désigne la fréquence à laquelle les internautes ont pu voir votre url dans les résultats des moteurs de recherche. Le CTR, quant à lui, n’est autre que le rapport entre le nombre d’affichages et le nombre de clics. En ce qui concerne la position moyenne, c’est le classement de votre site internet sur les pages de recherches Google.

En cochant la case sur le nombre de clics par exemple, vous verrez apparaître une courbe et un tableau, tous deux représentatifs de l’évolution de ce paramètre. Faites de même pour les trois autres critères à savoir les impressions, le CTR moyen et la position moyenne. Chaque indicateur arbore une couleur différente, ce qui vous permettra de faire une comparaison.

Comment utiliser ces informations à son profit ?

De ces quatre critères, le CTR est celui qui intéresse le plus. Si votre ratio diminue, cela traduit que les internautes ont votre site sous leurs yeux mais qu’ils préfèrent s’orienter vers les sites concurrents. Pensez alors à rectifier le tir en adoptant un titre plus accrocheur. Vous pourrez également faire des petites retouches valorisantes sur votre méta description.

Si vous n’êtes pas favorisés par les robots Google, pensez à rédiger des contenus sur des nouvelles requêtes. En ce sens, privilégiez les mots-clés qui bénéficient d’une bonne impression malgré leur taux de clics réduit.

La section « Inspection de l’URL »

Il s’agit d’une fonctionnalité qui permet à l’utilisateur de Google Search Console de vérifier si son site est effectivement indexé par les moteurs de recherche. Une validation du site internet par le service Google est donc un pré-requis pour en bénéficier.

Examiner l’indexation d’une URL

En validant l’URL que vous avez inscrite plus haut, vous obtiendrez un rapport de Google. Ce dernier pourra vous certifier si votre URL a déjà été soumise à une indexation. Vous saurez, en quelques clics, si le moteur de recherche a déjà répertorié votre page. Même le moment où Google est passé pour la dernière fois sera porté à votre connaissance.

Inspecter directement une URL

Cette démarche vous permettra de confirmer si votre URL est bel et bien fonctionnelle et si l’on peut y accéder sans problème. Le cas échéant il sera effectivement impossible pour Google de l’indexer.

La première étape sera donc de vous rendre sur Google Search Console. Ensuite, tapez le nom de domaine de votre site web. Faites en sorte de saisir une URL complète comme https://www.petanque-web.com/ et non petanque-web.com. Il ne vous reste plus qu’à aller sur « Tester l’URL en direct » ou « Test Live URL » en haut à droite.

Que faire des erreurs et avertissements ?

Google contrôle si votre URL recèle des erreurs pour vous les communiquer ultérieurement.

La mention « avertissement » doit attirer votre attention. Toutefois, il se peut que l’action attendue ne soit pas de votre côté. Un avertissement ne signifie pas forcément que votre page n’a pas été trouvée.

A l’inverse, l’ « erreur » traduit que celle-ci n’est pas indexée par Google. Cela peut résulter d’une faille au niveau de l’URL. Dans ce cas, pensez à la rectifier dans les plus brefs délais. En repérant une erreur plus tôt, votre page garde ses chances à être bien placée sur les SERP. Une fois la correction faite, n’oubliez pas de « Demander une indexation ».

La section couverture

Ce rapport permet d’accéder aux informations sur toutes les pages indexées de votre site internet. Les défaillances rencontrées par le Googlebot dans le cadre d’une indexation y sont exposées.

 

Les erreurs classées par Google Search Console

La rubrique couverture regroupe les différentes erreurs d’indexation. Ces dernières sont regroupées en plusieurs catégories : les « erreurs » en rouge, les valides avec avertissements en jaune, les valides en vert et enfin les exclues en gris.

Le statut « erreur » confirme que la page n’est pas indexée. De nombreuses raisons peuvent effectivement expliciter cette défaillance. C’est le cas, par exemple, d’une page qui affiche 404. Il se peut, entre autres, que la page en question soit bloquée par un fichier « robots.txt ». Les erreurs qui s’ensuivent sont alors regroupées dans la sous-catégorie « valides avec des avertissements ».

La section « Valide » renferme, quant à elle, les pages valides c’est-à-dire qui ne présentent aucune difformité selon les standards de Google. Enfin, les « Exclues », elles, mettent en évidence les pages non indexées mais de façon volontaire.

Comment rectifier les écarts ?

Hormis l’affichage en erreur 404 et l’entrave du fichier robots.txt, les pages « no index » et en doublons constituent des causes fréquentes des erreurs. Or, pour optimiser son indexation, il faut veiller à faire le minimum d’erreurs possible.

D’une part, l’idée est de les enlever du « robots.txt » le plus tôt possible en vue d’une indexation ultérieure. D’autre part, il faut les retirer puis les désindexer avant de les réintégrer à nouveau à l’intérieur de l’outil Google.

Les autres sections Google Search Console

Dans une optique référencement, d’autres points sont à prendre en compte sur Google Search Console.

Le sitemap

 

 

Le sitemap est une sorte de carte qui permet d’accéder aux différents recoins d’un site web. Il recèle des informations essentielles comme la valeur d’une page par rapport à ses semblables. Celui-ci dévoile également la date de dernière mise à jour de votre URL. Une vérification s’impose de temps en temps, notamment sur les décalages qui existent entre le nombre de pages réels et le nombre de pages indexées par les moteurs de recherche.

L’ergonomie mobile

 

 

Cette partie permet de savoir si votre site web est optimisé responsive. Vous trouverez alors, plus bas, les différentes recommandations de Google afin de garantir une meilleure expérience utilisateur à vos visiteurs.

Dans un premier temps, il se peut que vous deviez ajuster la taille de la police de votre texte pour que celle-ci convienne au mieux à un Smartphone. Google Search Console vous avise également si l’écran est trop petit par rapport au texte qu’il contient.

Les actions manuelles dans la section « sécurité »

 

 

Cette partie doit faire l’objet d’un contrôle régulier. Cela concerne surtout la rubrique des « actions manuelles » qui fait un inventaire de toutes les mauvaises pratiques à savoir les techniques de black hat SEO.

Si ces dernières sont repérées par un analyste de Google, le moteur de recherche vous fera un rapport là-dessus dans le centre de messagerie de Google Search Console. Le cas échéant, si votre site web est correct, vous aurez une coche verte avec mention « Aucun problème détecté ».

Les liens

 

 

Dans cet onglet, vous aurez un aperçu de tous les liens répertoriés sur votre plateforme virtuelle. Utilisez ces données pour booster votre link building. Rajoutez par exemple des liens aux pages qui ne disposent pas de maillage interne. Encore, vérifiez que vos ancres ont bien été rédigés soigneusement. Lors de cette vérification,  n’hésitez pas à remplacer certains liens non-pertinents par des backlinks jugés de qualité.