Comment un arbitre assure-t-il la gestion du jeu à la pétanque ?

  • Posted by: Nirina
  • Date:

Pour qu’une mène se déroule sans encombre, toutes les parties prenantes doivent connaître leurs responsabilités respectives. Si du côté des joueurs, la connaissance du règlement est primordiale, il en est de même du côté de l’arbitre. Celui-ci a un rôle à jouer avant, pendant, mais aussi après une partie de pétanque.

Les trois règles d’or qui régissent l’arbitrage à la pétanque

Devenir arbitre à la pétanque n’est pas donné à tous. Celui-ci devra effectivement endosser une certaine responsabilité. Il devra, par la même occasion, se conformer aux règles d’or de l’arbitrage énoncé par la FFPJP.

La première règle à appliquer est que « la faute ne doit jamais profiter à celui qui l’a commise ». Il incombe alors à l’arbitre d’appliquer les mesures adéquates en cas d’infractions au règlement pendant le jeu. Dans cette profession, il est essentiel d’ « apprendre pour comprendre » puis inversement « comprendre pour apprendre ».

Malgré l’aspect philosophique de cette règle, cela relève de la logique. En effet, comment pourrait-on régir une partie alors qu’on ignore complètement du fonctionnement de la pétanque ! Pareillement, il faut se rendre compte de son ignorance pour commencer son apprentissage. Une fois acquis, ce savoir « n’a de valeur que s’il est partagé ». C’est pourquoi tout au long du jeu, l’arbitre est tenu d’échanger avec les joueurs sur les bonnes et mauvaises pratiques à la pétanque.

Quelles sont les fonctions de l’arbitre durant une partie de pétanque ?

En théorie, la présence de l’arbitre est requise une heure avant le début de la compétition voire la veille pour les arbitres désignés par la CNA. Durant ce temps, il est chargé de vérifier la conformité du terrain, les obstacles potentiels quitte à anticiper des mesures spéciales si cela est nécessaire. En plus de veiller au respect des horaires, l’arbitre s’assure que la licence de chaque joueur est en règle avant qu’une partie ne commence.

Durant le jeu, celui-ci doit être en veille permanente. Il devra rester vigilant, et pas seulement à chaque tour de tirage au sort. Les pétanqueurs adoptent-ils les bons comportements ? La tenue de chaque équipe est-elle homogène ? Les boules utilisées sont-elles conformes ? Toutes ces interrogations passent par l’esprit de l’expert.

Contrairement aux « on-dit », l’arbitre n’est pas qu’un mesureur. Dès que le règlement est bafoué, celui-ci rapplique, et ce, sans qu’on l’appelle. En tant que seul juge sur le terrain, il se doit d’agir sans hésitation. C’est un médiateur habilité à prononcer un avertissement officiel (carton jaune), une boule annulée (carton orange) ou bien une exclusion temporaire ou définitive (carton rouge).

Après que le concours soit terminé, il lui incombe également de remplir puis d’octroyer la feuille d’arbitrage au comité organisateur. Dans le cas d’une compétition nationale, celui-ci conservera une version numérique du document.

La gestuelle, une composante essentielle à l’arbitrage

La gestuelle est un moyen de communication efficace entre un arbitre et les boulistes qui participent à une mène de pétanque. Alors qu’une communication verbale est parfois impossible, un geste de la main a l’avantage d’être lisible et manifeste. Son amplitude a le pouvoir de rendre un message plus clair, plus lucide. Cela permet alors aux équipes de mieux comprendre le jugement et ensuite de l’accepter ou non. Néanmoins, pour ne pas induire le participant en erreur, l’arbitre devra alors adopter une gestuelle appropriée.